Eaux-Bonnes 2017

Mise en scène

Alain Muñoz, metteur en scène. 

 

TOUT LE MONDE DOIT ALLER AUX EAUX BONNES

 

 

 

                                                           par Alain Munoz ( pastoralier et empontaire)

 

 

 

            Il faut connaître les Eaux Bonnes pour la beauté de tout, son site, ses bâtiments, ses monuments, son charme. Quel que soit le temps, la température ou l'ensoleillement, la ville mystère nous entraîne davantage vers le rêve et mieux que la beauté, l'image de la beauté. Eaux Bonnes se situe entre Marienbad et son casino et le Grand Budapest Hôtel avec en plus.... ce côté si français, si  de chez nous.  Les ruines sophistiquées de l'Hôtel des Princes, les majoliques de l'église et toutes les villas-châteaux  « à la Biarritz », vibrent encore et pour longtemps, des notes enjouées et détournées de la Vie Parisienne d'Offenbach. Elles subliment une nature romantique et violente depuis longtemps domestiquée par Delacroix, masquent à peine les sordidités de l'époque nazie et pétainiste, élèvent bien au-dessus de la Butte au Trésor , de la montagne Verte, la délicatesse et l'élégance de cette Bulle précieuse qui couronne les thermes, en hommage aux philosophes des Lumières dont le médecin Théophile de Bordeu reprit et amplifia comme l'orage sec de l'été ossalois, les Eaux d'Arquebusade d'Henri d'Albret et de la délicate et libertine Marguerite d'Angoulême. Tout ça est vrai. Tout ça est dans la pastorale de 2017 qui grimpe haut dans la vallée... et qui ira aussi haut que l'esprit pourra la porter.... comme la  Bulle.

 

            La Pastorale des Eaux Bonnes s'amuse à jongler avec les temps, les espaces, les formes versifiées ou narratives, directes ou métaphoriques.  Tout le monde est présent. Tous les ancêtres et leurs successeurs retroussent leurs manches pour s'interroger, s'accuser d'avoir été abandonnés ou incompris, d'avoir été trop ambitieux ou incompétents. Que faire des rues, places, bâtiments, monuments de pacotille pour curistes et oisifs en villégiature aux eaux aux vertus tectoniques. Pompéi fut ensevelie sous les cendres du Vésuve puis ressuscitée ... Quand donc la ville des Eaux Bonnes  par les neiges de Gourette oubliée, ressuscitera-t-elle à son tour ? Voici l'interrogation majeure que se pose maintenant les raconteurs de pays, Ossalois, amis qui, un jour d'été, grimpèrent à la grotte de Balour, jouèrent du cor et chantèrent si fort qu'ils réveillèrent les Dieux.

 

            Voilà ce qui se passe lors de la pastorale que l'on décide de montrer en construction au public. En apparence les acteurs, chanteurs, couturières, accessoiristes, danseurs, visages en gros plan projetés sur les façades des vieux immeubles qui enchâssent la petite mairie prestigieuse parce qu'Eugénie de Montijo y a séjourné, disent aux spectateurs leurs interrogations sur l'avenir qui s'annonce. L'installation à vue des acteurs des pastorales de bâtons et le jeu de ces personnages fantômes nous rappellent l'origine de la pastorale, celle du Théâtre français baroque, celui de Corneille et Racine et Molière, en vers, langues nobles et postures élégantes. N'oublions pas que la Pastorale ou Tragédie vient du théâtre du jeu de paume, dont elle est en Béarn l'héritière populaire directe.

 

            Attention ! Nous sommes bien heureux d'être ici, en Vallée d'Ossau, gardienne des fondamentaux de la langue, chants, danses, musiques, coutumes de notre pays de Béarn, ouvert sur le monde par tradition et philosophie. Qu'est l'Homme sous la Montagne, entre Terre et Cieux ?

 

            Il est temps en juillet 2017 de célébrer ensemble notre Humanisme, notre esprit créatif et collectif que le monde à parfois oublié mais rarement cette vallée. Les Eaux Bonnes de la pastorale nous invitent.  

 

TOTS DE CAP A AIGAS BONAS

 

 

 

                                                          

 

                                                           per Alain Munoz (pastoralèr e empontaire)

 

 

 

Aigas Bonas qu'a d'estar coneguda per tota la soa beutat, lo son site, lo sons bastiments, lo sons monuments, lo son charme.

 

Que hàcia bèth o maishant, que i aja sorelh o pas, la ciutat mistèri que'ns gavida de cap au saunei e engüèra mes que la beutat, de cap a l'imatge de la beutat.

 

Aigas Bonas que's pòt situar entre Marienbad e lo son casino e lo Grand Budapest Hôtel dab mes que tot … aqueth costat tant francés, plan de noste.

 

Las beròjas ruinas de l'Hôtel des Princes, las majolicas de la glèisa e totas las vilàs-castèth « a la Biarritz », que tremolan engüèra e tà bèth temps a, de las nòtas gaujosas e destremadas de la Vita Parisenca  d'Offenbach.

 

Que laudan ua natura romantica e violenta bèth temps a hèita soa per Delacroix, esconen tot juste la sordiditat de l'epòca deus nàsis e deus petenistas, hèn pujar plan au dessus de la Butte au Tresor, de la Montanha Verda, la nòble majestat d'aquera Bula preciosa qui corona los tèrmis, en aumenatge aux filosòfes de las Lutz, dab lo medecin Theophile de Bordeu qui arreviscola com l'auratge sec aussalés las Aigas d'Arquebusadas d'Enric d'Albret e de la delicata e libertina Marguerita d'Angolèma.

 

Tot aquò que n'ei que vertat. Tot aquò qu'ei dens la pastorlala de 2017 qui puja au som de la valea...

 

e qui anarà tant haut com l'esperit e la se pòt portar … com la Bula.

 

A la Pastorala d'Aigas Bonas, que l'i agrada de jonglar dab las epòcas, los espacis, las fòrmas versifiadas o narrativas, dirèctas o metaforicas.

 

Tots qu'i son. Tots los ajòus e los qui segueishen s'arreviran las manjas entà's pausar questions, acusà's d'aver estats abandonats o mau comprés, d'aver estat tròp ambiciós o incompetents.

 

Que har de las carrèras, plaças, bastiments, monuments petitòts entaus curistas e vacancèrs auserèrs qui sudan las aigas aus benhèits tectonics ?

 

Pompéi que desapareishó devath las brasas deu Vesuve puish que tornè víver … E quan ei qui tornarà víver, au son torn, la vila d'Aigas Bonas per las navadas de Goreta desbrombada ?

 

Qu'ei çò qui'ns demanda tà de bonas los contaires de país, aussalés, amics qui, un dia d'estiu pujèn per la la tuta de Balor, hasèn au còr de caça e cantèn tant hòrt que desvelhèn los Dius.

 

Atau çò qui's debana dens la pastorala aquesta que volem ensenhar au public.

 

Los actors, cantaires,  costurèras, acessoristas, dansaires, dab caras en gran projetadas sus las façadas deus imòbles vielhs qui enròdan la petita mairia tant prestigiosa per'mor d'i aver viscut quauque temps Eugenia de Montijo, que disen aus espectators las loas interrogacions sus l'aviéner qui arriva.

 

L'installacion a vista deus actors de las pastoralas de baròts e lo jòc d'aqueths personatges hentaume que'ns hèn pensar a l'origina de la pastorala, la deu Teatre francés baròca, lo de Corneille e Racine e Molière, en vèrs, nòblas lengas e posturas de las graciosas.

 

Ne desbrombem pas que la Pastorala o Tragedia e vien deu teatre deu jòc de poma, qui ei en Bearn l'eiretèra papulara dirècta.

 

Avisatz-ve ! Be'm urós d'estar ací, en Valea d'Aussau, qui a sabut guardar los fondamentaus de la lenga, cantas, dansas, musicas, costumes deu noste país de Bearn, ubèrta suu monde per tradicion e filosofía. Qui ei l'òmi devath de la Montanha, entre Tèrra e Cèu ?  

 

                Que se'n va temps en julhet de 2017 de hestejar amassa lo noste Umanisme, lo noste esperit creatiu e collectiu que s'an pergut lo monde mes pas per aquesta valea. Las Aigas Bonas de la Pastorala que'ns convidan.