Les pastorales précédentes...

Mistèri (2008)

MISTÈRI  DE NADAU EN AUSSAU

Un PERA DE NOËL OSSALOIS

 

Quatorze ans après la création à Lescar du Mistèri de Nadau par l’association l’Esquireta, c’est au tour de la vallée d’Ossau de reprendre cet opéra populaire de Noël dont la plupart des chants et des danses sont issus. Et c’est bien là, la moindre des choses après le succès de la Pastorale de Béost de juillet 2007.

 

Deux idées s’imposent à l’origine de ce nouveau projet et recueillent l’adhésion collectivedès les premières assemblées. D’abord, le Mistèri d’Ossau racontera le pastoralisme à l’envers pour l’étranger, celui de l’hiver, celui de la vie glaciale et humide dans les landes du Pont-Long, le Gers, le Bordelais….Cette aventure pluvieuse, si peu exceptionnelle et si peu touristique fut pourtant le pendant séculaire des glorieuses transhumances d’été des représentations lithographiques.

 

L’hiver, les troupeaux étaient condamnés à libérer les terres cultivables de la vallée sous la conduite des cadets qui connaissaient alors le sort peu enviable des migrants au contact des sédentaires…. Ensuite, le Mistèri d’Ossau deviendra celui du rassemblement de toute la vallée. Le Haut-Ossau et le Bas-Ossau divisés arbitrairement en 1852, se retrouvent désormais dans la création de la communauté des communes. L’événement est de taille. Pastoralisme et monde industriel de l’exploitation de la pierre et du bois fondent l’entité administrative nouvelle.

 

Guilhot lo Craber, personnage d’une chanson ossaloise, naît pour notre Mistèri, de la convergence des facteurs culturel, politique et économique de la représentation. Il devient le récitant emblématique de la pastorale de Noël, celui qui par sa singularité côtoie et fait se rencontrer les mondes ossalois, de « ribeire » et « montanha ». L’aventure débute pour lui au Pont-Long, s’achève au plateau du Bénou après le passage obligé de Bordeaux. Il provoque l’éveil des personnages. Il active les énergies dispersées de tous les protagonistes. Il conduit, il rassemble les Ossalois du Mistèri autour d’une cause conviviale et sacrée, ici la naissance du petit Jésus de la Crèche. Surtout, ne confondons pas Mistèri de Nadau et crèche vivante.  C’est l’histoire d’une communauté en action que raconte le premier. C’est une illustration d’un événement fondateur chrétien que donne à voir le second.

 

Un soir d’hiver au Pont-Long, vers Noël, entre un Géant Casino et un aéroport, Guilhot lo Craber fait un rêve bien étrange. Les Ossalois d’hier et d’aujourd’hui lui apparaissent en en route, vers une destination mystérieuse. Pouratant, Guilhot est tout seul avec ses quelques chèvres, malgré les rondes nocturnes de gendarmes en quête de voyageurs sans papiers. Pour avoir abrité et caché un jeune couple d’orientaux pourchassés, Guilhot reçoit de l’Etoile du Berger la mission de rassembler tous les ossalois dispersés en Gascogne ou affairés dans la vallée. Il ne ménage pas ses forces pour les faire monter ensemble au plateau du Bénou, où le jeune couple en fuite, vient de trouver refuge et de donner naissance à un petit garçon. Grâce à la protection des antiques rois de la civilisation des cromlechs, Guilhot conduit les jeunes parents et leur enfant vers des horizons plus cléments…..

 

 Rituel de l’éphémère, le Mistèri de Nadau s’articule autour de quatre moments.

L’Advent expose la situation d’une naissance merveilleuse. L’Apéret montre les réticences, doutes et finalement la bienveillance d’une foule engluée dans sa quotidienneté et qui se mobilise autour d’un projet communautaire élevé. Le Viatge décrit la lente progression de tous ceux qui ont répondu à l’appel. L’Adoracion s’inscrit dans le cadre plus classique des offrandes à la Sainte Famille et s’achève, après l’intervention des Rois Mages, par la fuite vers ailleurs. C’est un spectacle étrange, mobile et immobile, souple et codifié dont le héros est la communauté en déplacement.

 

Avec ce Mistèri de Nadau 2008, la vallée d’Ossau trouve dans la richesse exceptionnelle de sa culture et de sa civilisation montagnarde, une des expressions les plus abouties qu’elle puisse offrir au public.

 

                                                                                               Alain Muñoz

                                                                                              Empondaire